Gérer vos déplacements professionnels et votre flotte automobile !

En 2014, une étude menée conjointement par EY et LinkedIn s’ouvrait sur ce constat : A horizon de 5 ans, 90% des dirigeants anticipent des changements majeurs dans les métiers de leur équipe. On pense alors souvent aux métiers liés à la Communication, aux Télécoms, à la Distribution…mais pas seulement ! La gestion des collaborateurs, de leurs déplacements, connait actuellement une mutation en entreprise.

Les métiers existent, mais ils se repensent en interne. On connait les fonctions de Travel Manager, ou Chargé(e) de Voyages, de Responsable de Flotte Automobile, Responsable de la Téléphonie…mais on rencontre de plus en plus des Responsables Voyages et Flotte Automobile, des Facility Managers (qui gèrent les effectifs d’une manière générale) ou encore des Mobility Managers, chargés de la « mobilité » des collaborateurs au sens large.

Car c’est une vraie tendance de fond : les missions convergent, à la demande des entreprises. Ainsi, pêle-mêle, un Responsable de Flotte pourra se voir confier la gestion des voyages d’affaires, ou à l’inverse, un Travel Manager aura désormais à sa charge la gestion de la flotte de véhicules, ou encore un Mobility Manager pourrait même avoir à gérer tout cela, mais également ce qui a trait aux télécoms : la téléphonie et les alternatives aux déplacements (téléprésence, vidéoconférence…) ! Mais est-ce vraiment pour le meilleur ?

Il est tout-à-fait louable que les sociétés se posent la question de l’optimisation du coût global de mobilité (ou Total Cost of Mobility) de leurs collaborateurs. Et bien sûr, monter en compétences sur un nouveau domaine est certainement valorisant professionnellement. Toutefois, la gestion des voyages d’affaires est un métier en soi, tout comme la gestion de flotte de véhicules ou de télécoms. Et toutes ces expertises sont déjà chronophages séparément ! A vouloir tout faire, peut-on réellement bien faire ? Et si oui, dans quelle mesure ?

Il serait ainsi intéressant d’avoir le retour de ces professionnels qui connaissent une (r)évolution de leur métier, mais également une visibilité sur ce qui est sans doute une des ambitions de départ : l’optimisation du TCM.

Partager cet article

Poursuivre la lecture