Le voyage d’affaires se réinvente

Prise de conscience des voyageurs, l’arrivée des MaaS, le Bleisure ou encore le workflow… Découvrez comment le voyage d’affaires est en train de se réinventer. Article extrait de notre livre blanc : « Le voyageur d’affaires sur la route de l’efficience ! », téléchargeable gratuitement.

Productivité, praticité et responsabilité sociétale : les entreprises et les collaborateurs doivent trouver le bon équilibre entre ces trois notions. Le travel manager va devoir, pour cela, repenser sa manière d’interagir avec les collaborateurs. Il faut pourtant admettre qu’il peut y avoir un décalage entre le discours global et la volonté réelle des collaborateurs mobiles. Il s’agit, pour l’entreprise, de trouver les leviers qui lui permettent d’aligner les objectifs de tous les acteurs de la mobilité sur le long terme, notamment concernant la démarche durable. Toujours d’après l’étude Notilus, on constate que 75 % des entreprises n’ont pas fait évoluer leur politique voyage sur le plan de la RSE.

 

Vers une prise de conscience

Même si elle manque parfois d’ambition dans la pratique, il y a une prise de conscience des collaborateurs, accentuée depuis le début de la crise covid. Les entreprises ont, par souci économique durant cette crise, préféré privilégier l’aspect financier et se consacrer à des solutions pour optimiser le budget afin de minimiser l’impact de la pandémie sur leur viabilité. Depuis le début de la crise sanitaire, les entreprises ont compris que les réunions en physique n’étaient pas toujours indispensables, que beaucoup de sujets pouvaient se régler de façon digitalisée. De plus, le ralentissement des voyages d’affaires a engendré une importante réduction de l’empreinte carbone et, par conséquent, permis d’impulser une réelle dynamique.

Ainsi, les entreprises ont développé des solutions de mobilité all in one destinées non plus seulement au seul mode de déplacement mais orientées vers l’expérience voyageur.

 

vers une prise de conscience

 

Il est important de rassurer les collaborateurs dans leurs déplacements professionnels, leur montrer qu’ils seront en sécurité. Le MaaS (Mobility as a Service) simplifie la réservation de voyages ainsi que le paiement. Il peut en effet constituer une formidable opportunité, avec des impacts positifs réels au niveau environnemental ou sociétal. Le recours au MaaS s’inscrit certes dans une démarche de bien-être du collaborateur en termes de micro mobilité, en lui facilitant les déplacements entre son domicile et son lieu de travail, mais aussi dans une démarche responsable avec la possibilité de mesurer notamment son empreinte carbone sur les différents segments de son déplacement.

Mobility as a service (MaaS) est un type de service qui permet à ses utilisateurs de planifier, réserver et payer de nombreux moyens de transport sur une même plateforme numérique. Si auparavant, la mobilité était appréhendée de manière séquencée, avec le concept du MaaS, elle devient un service. Ceci est possible en combinant les services proposés par les acteurs publics et privés. Ainsi, les usagers peuvent créer et gérer leur voyage à partir d’une seule plateforme et d’un seul compte utilisateur. Ces plateformes se développent selon 3 niveaux : la plateforme d’informations, la plateforme d’agrégation et la plateforme d’abonnement. Chacune apportant son contenu différenciant. Sixt, Freenow, GoogleMaps ou encore la RATP en sont quelques exemples.

 

Notre solution couvre l’entièreté de la mobilité en entreprise. Outre la partie gestion des notes de frais, vous pouvez planifiez, réserver et suivre vos déplacements professionnels. Il est aussi possible de gérer votre parc de véhicules entreprise : vos prestataires, vos relevés de carburants, etc.

 

Le Bleisure, un élément incontournable du déplacement

La reprise du voyage d’affaires après le premier confinement s’est accompagnée d’une nette augmentation du bleisure. Longtemps privés de mobilité par les circonstances, les collaborateurs ont voulu profiter de leurs déplacements professionnels pour vivre des temps forts personnels. Depuis le début de la crise, entre la fermeture des frontières, l’apparition des variants, les restrictions sanitaires et l’établissement d’un pass sanitaire, l’envie d’être libre de voyager est prégnante et l’attrait de profiter d’un déplacement professionnel est clairement présent. Les entreprises l’ont compris et sont de plus en plus nombreuses à l’avoir intégré à leur politique. Cette pratique permet d’allier productivité et détente. Les entreprises doivent trouver le juste équilibre qui permettra d’allier cette liberté accordée à leur devoir de protection. Les tendances grandissantes du bien-être au travail, en particulier depuis la généralisation du télétravail avec la crise covid, vont dans ce sens. La prise de conscience environnementale peut aussi participer à l’envie de prolonger le séjour sur place, plutôt que de se déplacer sur une longue distance pour des durées beaucoup plus courtes.

 

Consolider le rôle du voyageur

La mobilité a une incidence sur les trois composantes de la RSE. Il est donc essentiel que le collaborateur prenne lui-même conscience de son propre impact et du rôle qu’il joue dans le dispositif. Dans cette optique, l’AFTM (Association Française du Travel Management) a créé en 2020 le concept de RSV : Responsabilité Sociétale du Voyageur. Cette idée vise à transposer les principes de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) aux voyageurs d’affaires afin qu’ils se sentent pleinement concernés dans le but de favoriser d’une part l’adoption de la politique voyage et d’initier les bonnes pratiques et d’autre part, d’inciter un comportement proactif du collaborateur.

L’ambition claire de ce concept est d’accompagner au mieux les collaborateurs en les informant et en les sensibilisant afin qu’ils comprennent la démarche RSE et qu’ils s’y engagent pleinement. Ici, le prisme pédagogique est la clef, il peut passer par des ateliers, des séminaires, des formations, en distanciel ou en présentiel.

Concrètement, pour une RSV efficiente, le voyageur responsable doit disposer d’informations et se poser les bonnes questions afin de pouvoir prendre les bonnes décisions. Pour ce faire, le travel manager aura pour rôle de les guider et de les accompagner dans leurs choix. L’enjeu est de faire prendre conscience au collaborateur de l’impact de son déplacement.

 

consolider le role du voyageur

 

Le Workflow de validation, l’accompagnement de l’entreprise ?

Le workflow est un circuit de validation qui permet de contrôler les différentes étapes du déplacement professionnel. Il est indispensable pour le bon fonctionnement d’une politique voyage. La mise en place d’un tel circuit va en effet permettre de vérifier le respect de la politique voyage mais aussi, d’avoir une meilleure gestion des risques. Depuis le début de la pandémie, ce système est devenu un outil majeur pour favoriser la sécurité du collaborateur face aux risques de contamination mais aussi, pour appréhender les différentes restrictions sanitaires mises en place dans chaque pays. Cela permet d’informer le collaborateur, de mettre en place un accueil en conséquence pour assurer sa protection, mais aussi d’effectuer un suivi lors de son déplacement.

 

Pour continuer votre lecture, téléchargez notre livre blanc.

Nouveau livre blanc !

Le voyageur d’affaires sur la route de l’efficience

Découvrez les tendances du voyage d’affaires en 2022 ! Ce livre blanc est basé sur une étude Notilus menée sur un panel de professionnels en charge des déplacements. 

livre blanc notilus voyage daffaires

Partager cet article

Poursuivre la lecture

Scroll to Top
Retour haut de page