L’ordre de mission, un préalable à la sécurité des voyageurs ?

Jean-Jacques Richard, ancien directeur de la sûreté et de l’intelligence économique chez TNT et fondateur d’Haxxom, nous rappelle quelles sont vos responsabilités vis-à-vis de vos voyageurs et nous propose quelques actions simples et de bon sens.

Interview de Jean-Jacques Richard*, PDG d’Haxxom, société de conseils en sûreté et intelligence économique

Le Baromètre Amex GBT et ACTE, relayé par Déplacements Pro en mai 2017, le rappelait : « la sécurité [est] au cœur des préoccupations des voyageurs d’affaires».

Jean-Jacques Richard, ancien directeur de la sûreté et de l’intelligence économique chez TNT et fondateur d’Haxxom, nous rappelle quelles sont vos responsabilités vis-à-vis de vos voyageurs et nous propose quelques actions simples et de bon sens : sensibiliser, anticiper. Pour ces deux actions simples, l’ordre de mission de Notilus, plateforme de Travel and Expense, est un point d’entrée idéal.

Quelles responsabilités pour les entreprises ?

Dimo : « Tout d’abord, quelle différence faite-vous entre la sûreté et la sécurité ? »

JJ Richard : « La sûreté concerne la protection des biens matériels et immatériels contre toute forme d’actions malveillantes. La sécurité, c’est tout ce qui ne relève pas de la malveillance, ce qui n’a pas l’homme pour origine. »

 

Dimo : « Pouvez-vous nous rappeler quelles sont les responsabilités des entreprises dans la sécurité/sûreté de leurs voyageurs ? »

JJ Richard : « La responsabilité des entreprises et de leurs dirigeants est totale, voir la jurisprudence Jolo et Karachi. L’entreprise a une obligation de résultats en ce qui concerne la protection de tous ses collaborateurs, ce qui est très différent d’une obligation de moyens…»

 

Dimo : « Pensez-vous que les entreprises françaises soient correctement informées de leurs responsabilités ? »

JJ Richard : « Je dirais que ce n’est pas tant un problème d’information qu’un problème d’acceptation de l’obligation, de priorisation de cette obligation. Les entreprises d’une certaine taille prennent plutôt bien en charge cette responsabilité, ce n’est pas toujours le cas dans les entreprises de taille plus modeste. »

Quelles actions ?

Dimo : « Comment Haxxom peut accompagner les entreprises sur les responsabilités qui leur incombent ? »

JJ Richard  : « Le mieux est de former les salariés qui auraient à se déplacer, de  les sensibiliser. La sensibilisation c’est connaître le pays, procéder à une analyse de risques, un état des lieux, mettre en place des procédures et des consignes afin de faire face aux situations conformes mais aussi aux situations non conformes. C’est avant tout de préparer aussi psychologiquement, d’un point de vue responsabilités, le salarié aux problématiques qu’il pourrait rencontrer. Voyager implique une responsabilité pour le donneur d’ordre et celui qui voyage. »

 

Dimo : « Quelle action simple conseilleriez-vous aux entreprises pour rassurer leurs voyageurs / améliorer leur sécurité ? »

JJ Richard : « Tout d’abord les sensibiliser à leurs responsabilités en tant que voyageur. Le voyageur ne doit pas être paralysé par son voyage mais être préparé à faire face à différents types d’éventualités qui peuvent aller de problèmes de sûreté ou de sécurité : si je me casse une jambe, dans quel hôpital dois-je aller ? Et pour une action malveillante de grande ampleur, comment réagir ? L’ambassade de France peut-elle être un lieu de refuge ? Le consulat ? Vais-je savoir appeler de nuit ma direction ? Ai-je un numéro d’urgence ? Il faut anticiper. L’anticipation c’est avant tout de la logique : avoir en permanence ses papiers d’identité sur soi, veiller à ne pas laisser d’ordinateurs ou de dossiers sensibles dans les coffres forts d’hôtel, etc. »

Notilus responsable ? Une aide ?

Dimo : « Vous avez participé à notre club utilisateurs Notilus 2017. Nous avions organisé un atelier participatif / ludique avec nos clients : autour d’un tribunal fictif, nous avons débattu de la responsabilité d’un outil Travel & Expense tel que Notilus dans la sécurité des voyageurs. Les clients, bien que voyant en Notilus un canal supplémentaire d’information, semblaient dire que ce n’était pas de la responsabilité de Notilus mais plutôt de l’agence de voyages. Qu’en pensez-vous ? »

JJ Richard : « Je ne partage pas totalement cette analyse, car la responsabilité de pousser de l’information et la fiabilité de cette information revient aux dirigeants d’entreprise. En cas d’incident, le responsable ne sera pas l’agence de voyages mais le dirigeant d’entreprise. »

 

Dimo : « Est-ce qu’un ordre de mission « couvre » les entreprises ? Faut-il exiger un ordre de mission pour tous les déplacements ?  »

JJ Richard : « L’ordre de mission n’a pas d’effet de protection juridique, mais il est un point d’entrée indispensable. Le responsable des voyages, le dirigeant d’entreprise doivent pouvoir dire non à un voyage. »

 

*Qui est Jean-Jacques Richard ?

Jean-Jacques Richard est fondateur et Président d’Haxxom.

Après 25 ans d’expérience réussie à la fois en tant que dirigeant d’entreprise et consultant, dans des domaines aussi variés que la stratégie d’entreprise, la sûreté, l’intelligence économique, le risk management, l’audit, la qualité ou bien encore les achats, Jean-Jacques Richard a créé Haxxom pour répondre avec méthodologie aux problématiques de sûreté et de risk management.

Partager cet article

Poursuivre la lecture